RIC Brasil 2022 Logotipo - Circular (1).png
RIC Brasil 2022 Logotipo - Circular (1).png

História da Ocupação Humana na Região

La municipalité de Praia Grande est située à l'extrême sud de l'état de Santa Catarina, au pied des contreforts de la Serra Geral. Son territoire, au sud et à l'ouest, borde l'état du Rio Grande do Sul.


Praia Grande a hérité son nom des bouviers qui, voyant les étendues de galets sur les rives des rivières, principalement la rivière Mampituba, l'ont appelée "Praia de Pedras Grandes". Elle s'est émancipée le 19 juillet 1958 et le nom choisi pour la municipalité était « Praia Grande ». Aujourd'hui connue à l'échelle nationale comme la "Capitale des Canyons".
On sait que leurs terres étaient à l'origine habitées par des populations autochtones indigènes des groupes ethniques Guaraní, Xokleng et Kaingang . Ils ont ouvert les premiers sentiers qui reliaient la partie inférieure de la plaine au Campos de Cima da Serra.


Plus tard, au XVIIIe siècle, leschamps furent occupésparles premiers élevages de bétail, une stratégie du gouvernement royal portugais pour occuper les terres du sud du Brésil. Là, la première formation économique intensive de la région a eu lieu, avec l'élevage comme base. Il ne fallut pas longtemps aux éleveurs locaux pour se rendre compte que les terres au fond des vallées étaient plus fertiles et le climat plus tempéré, plus propice à l'agriculture. Le premiers essartages ont commencé dans les vallées de Praia Grande, par des péons, des agrégats et des esclaves des fermes de Cima da Serra. La preuve en est la communauté traditionnelle des vestiges quilombola de São Roque et la communauté de Mãe dos Homens, anciennement connue sous le nom de Roça da Estância. La "roça" elle-même n'était pas située dans les champs de montagne des estancias, mais dans les vallées fertiles de la Serra Geral, configurant ainsi la "Roça da Estância" comme un repère de la culture de Praia Grande.


La communauté de São Roque est actuellement déclarée territoire traditionnel des restants de quilombolas, reconnu par la Fondation Palmares, l'IPHAN et le Ministère Public. Le sommet de la Pedra Branca est situé sur son territoire, où plusieurs activités d'aventure et d'écotourisme sont pratiquées, telles que l'escalade, la randonnée et le base jump. Il y a aussi trois grands canyons qui s'y trouvent, le Josafáz, le Faxinalzinho et le São Gorgonha. La communauté maintient une association dans laquelle elle recherche constamment des partenariats pour maintenir sa culture et promouvoir le tourisme. L'une des caractéristiques de son identité est l'agriculture écologique, dans laquelle les membres de la communauté sont restés les gardiens des semences créoles pendant près de deux siècles.


À partir du XIXe siècle, l'arrivée d'immigrants européens s'est intensifiée, principalement des dissidents des colonies allemandes du Rio Grande do Sul qui, en arrivant de Torres, ont monté par les rives de la rivière Mampituba à la recherche de meilleures terres arables. Les Italiens, à leur tour, ont également contribué à la formation du peuple Praiagrandense, venant des Campos de Cima da Serra et des sites de Santa Catarina de colonisation italienne.


A cette époque, sans aucun doute, les bouviers ont été ceux qui ont contribué en plus au développement de la ville. Ils ont créé des comptoirs commerciaux pour échanger des marchandises et pour répondre à la demande de transportsavec l'utilisation de mulets. La ville s'est développée, avec les principales magasins de “sèches et mouillès”et labanlieu de Vila Rosa est devenue un centre commercial. Le principal chemin qui reliait les Champs à la côte passait par Vila Rosa, pénétrant dans les parties baisses des canyons de la Serra Geral. Les bouviers ont dynamisé l'espace social et économiqué de Praia Grande, eten plus les maisons de commerce, les selleries, les forgerons et les premiers logis ont surgi.


Au début du XXe siècle, il y a eu un important mouvement migratoire des zones côtières vers les régions plus proches des canyons C'est alors que le commerce est passé de Timbopeba à ce qui est actuellement le centre de Praia Grande. L'arrivée de l'église épiscopale et la construction d'une église catholique firent grandir la ville sur les rives de la rivière Mampituba. Praia Grande est devenue le grand avant-poste qui reliait les Campos de Cima da Serra à la côte. Les chemins ont été élargis et dans les années 1940, la première autoroute qui reliait Praia Grande à la région nord de l'état de Santa Catarina a été ouverte, la SC-108, autoroute Nereu Ramos. Dès lors, la ville n'a plus qu'à grandir. Au cours de la décennie suivante, en 1958, Praia Grande a atteint l'émancipation politique tant souhaitée, devenant une nouvelle municipalité de Santa Catarina.


Ces premiers habitants vivaient de façon très simple. Les maisons étaient faites de torchis et de bois débité desforêtsproches. Pour la cuisine, généralement, un feu était fait au sol et la marmite accrochée à un crochet à côté de un trépied. Ils ont maintenu le "pixurú" comme activité socio-culturelle, qui consistait à échanger des journées de travail entre les familles les plus modestes.


Actuellement, la région d'Aparados da Serra est candidate au géoparc de l'UNESCO, comptant, uniquement sur le territoire de Praia Grande, avec deux géosites : le canyon d'Itaimbezinho et le canyon de Malacara. Selon des études récentes, la ville possède trois sites historiques pertinents, ce sont : les cimetières centenaires de la communauté quilombola de São Roque, les ruines de l'ancienne communauté de Fundo do Rio do Boi et les inscriptions rupestres du Canyon Malacara.
Au cours des trois dernières décennies, le tourisme a gagné son espace et son importance au niveau national et international, à travers les différents sentiers des canyons des parcs nationaux Aparados da Serra et Serra Geral. Les promenades en montgolfière, les VTT, les vélos et les promenades à cheval ajoutent au plaisir des visiteurs qu´y arrivent.
Le canyoning est l'une des activités d'aventure qui se démarque, d'autant plus en raison desparticularitésqui marquent la géographie de cet région. L'activité a commencé dans la région sur la décade de 1990, à travers des expéditions de Porto Alegre, la capitale de l´état de Rio Grande do Sul, et aussi d'équipes françaises . Les premières conquêtes ont été dans les canyons d'Índios Coroados, Malacara et Fortaleza. Dès lors, les jeunes locaux sont entrés en contact avec les techniques et équipements verticaux, entamant la conquête de nouveaux canyons et itinéraires. Aujourd'hui, il existe une sélection variée qui compte plus de 50 itinéraires de canyoning.

 

 

 

 

 

Texto: Frank Lumertz

Imagens povo Xoklengs: Daniel Librelato Massuco

Povo Xokleng Thinia Índio (1).jpg
Povo Xokleng Thinia Índio (4).jpg